Affiche du film Augure de Baloji
Avec Augure, Baloji a été primé par le jury de la section Un certain regard de Cannes 2023. C'est le premier long métrage du rappeur congolais surdoué.
29 mai 2023
Temps de lecture 1 min.

Augure, du Congolais Baloji, primé à Cannes

Le Prix New Voice de la section Un Certain Regard du Festival de Cannes 2023 a été décerné à Augure de Baloji, seul film belge de la compétition. Superbe exploit pour ce premier long métrage de Baloji, qui a séduit le jury de la section, composé cette année de notre compatriote Emilie Dequenne ainsi que de Davy Chou, Paula Beer et Alice Winocour. Le jury était présidé par l’acteur américain John C. Reilly.

Buste de Baloji © D.R.

Le film avait été reçu avec enthousiasme lors de sa projection et avait été salué par une longue standing ovation. Baloji, artiste pluridisciplinaire né en RDC, a été révélé au début des années 2000 au sein du groupe Starflam. Il a depuis sorti trois albums qui ont tous connu un très beau succès en Belgique comme à l’international. Il y supervise textes et musiques, mais aussi le riche univers visuel de ses créations. Il a notamment signé plusieurs clips dont Peau de chagrin – Bleu de nuit, extrait de l’album 137 avenue Kaniama.

En 2018, il réalise son premier court métrage, Kaniama Show, présenté dans de nombreux festivals et qui remporte notamment le Prix spécial du Jury au FIFF Namur. Il sera suivi quelques mois plus tard par Zombies, sélectionné notamment à Rotterdam, au BFI ou encore à Oberhausen. Devant la caméra, on le voit également dans Binti de Frederike Migom, qui lui vaut une nomination pour le Magritte du Meilleur espoir masculin.

Avec Augure, tourné entre la Belgique et le Congo, il s’est lancé dans l’aventure du long métrage. Au casting, on retrouve les Belges Marc Zinga et Lucie Debay ainsi qu’Eliane Umuhire et Yves-Marina Gnahoua.

Augure est un film choral retraçant l’histoire de quatre personnages considérés comme sorcières et sorciers. Ils vont trouver le moyen de s’entraider pour sortir de leur assignation dans une Afrique fantasmagorique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

février 2024
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829  

Catégories

[instagram-feed feed=1]
L'affiche de la présentation de Né à Sayada, le film de Michel Kuate
Article précédent

Quand un cinéaste camerounais raconte le cinéma tunisien

Montage utilisé par l'américain Tony Da Dome sur Twitter pour illustrer la thèse des millions de mains coupées.
Article suivant

« L’anticolonialisme belge, c’est dépassé, ça ne sert à rien »

Optimized by Optimole
Aller à

Don't Miss

Tout savoir sur la rencontre ARPNS avec Marcel Yabili le 20 février

La rencontre avec l’auteur congolais Marcel

Vous avez aimé 2023? Vous allez adorer 2024 !

L’époque est incertaine. On s’inquiète –